Proche-Orient : halte aux mots lance-roquettes !

Parce que note condamnation du terrorisme est universelle, les membres du MPCT interviennent au quotidien auprès des médias et dans les réseaux sociaux pour contester les informations partielles et partiales ( souvent simple recyclage de la propagande de l’organisation terroriste islamiste Hamas) sur la déflagration présente, dernier avatar du conflit dit “israélo-palestinien” mais dont les causes sont à chercher bien au-delà, de Téhéran à Ankara en passant par Doha.

La mal information alimente la haine antijuive qui s’est honteusement exprimée au cours de plusieurs manifestations dites “de soutien à la Palestine.”

Nous saluons celles, ceux qui ont le courage d’aller à contre-courant de la doxa, en particulier le journaliste Brice Couturier mais aussi des personnalités aussi diverses que Nathalie Bianco ou Fadila Maaroufi, de l’Observatoire des Fondamentalismes à Bruxelles, s’exposant ainsi à des torrents d’insultes et de menaces.

Nous soutenons le militant palestinien des droits humains Bassem Eid qui dénonce les manipulations dont la population palestinienne fait l’objet.

Nous félicitons et remercions Céline Pina, Barbara Lefebvre, Pierre-André Taguieff, Jacques Tarnero Philippe Val et autres personnalités à l’initiative de la la tribune parue dans Le Figaro :

“Ceux qui menacent Israël nous menacent aussi”

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/ceux-qui-menacent-israel-nous-menacent-aussi-20210518

Bernice Dubois, Présidente d’honneur du MPCT, en est signataire et nous pensons que la tribune devrait être le support d’une pétition citoyenne.

Huguette Chomski Magnis

Secrétaire générale du Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme

Nous partageons aussi le texte que nous a adressé Gérard Darmon,artiste et citoyen :

Kefieh blanc et blanc kéfieh !

Qu’on ne s’y trompe pas, les émeutiers qui en Israël fomentent des pogroms (violence sur les Juifs, incendies de synagogues, … ), qui haïssent et veulent détruire le pays dont ils font partie, sont les mêmes, inspirés des mouvements terroristes, qui rongent peu à peu les sociétés occidentales. Les mêmes casseurs qui brisent les vitrines des magasins, pillent, incendient des voitures, qui confisquent des territoires de la République et créent des zones de non droit où la police est accueillie à coups de mortier, des hordes qui veulent soumettre les populations à leur barbarie pour que le pays qu’ils convoitent sombre dans le chaos. Les mêmes qui au cours de manifs lancent les cris ‘’Mort aux juifs ! ‘’, attaquent des synagogues…

Qu’on ne s’y trompe pas, toutes les démocraties, particulièrement européennes, sont menacées. Face à des coups de boutoir répétés ces sociétés faiblissent, renoncent à leur autorité. Mais il est du devoir de toutes de relever le défi mortel qui leur est lancé, toutes se doivent de réagir, par des actes fermes, toutes doivent afficher leur détermination à ne pas se laisser intimider par la violence des islamistes qui ont décidé de mettre à bas les sociétés construites de haute lutte sur des valeurs de liberté, de justice, d’égalité. L’intérêt de ces pays est de soutenir une démocratie quand elle est attaquée par des milliers de missiles de longue portée.

Et pour cela elles se doivent de prendre fermement exemple sur l’Allemagne, l’Autriche, le Japon et d’autres pays qui ont hissé le drapeau israélien officiellement en signe de solidarité avec Israël. Ce geste symbolique serait perçu par les islamistes et leur soutien comme un front commun face à leur travail de sape de nos sociétés. Il marquerait le signal de l’entrée en résistance de ces pays contre le Jihad, sans cesse grandissant, qui fourbit ses armes pour mieux frapper et détruire nos sociétés.

Il ne sert à rien de faire des discours compassionnels après chacun des actes de cette barbarie s’ils ne sont pas suivis des faits.

Israël leur donne l’occasion, à peu de frais, d’afficher ce symbole fort, hisser des drapeaux israéliens sur leurs bâtiments, ce qui opposerait un front commun des démocraties, face à la menace du terrorisme islamique, tout en leur épargnant de récolter à coup sûr, selon les mots de Churchill, ‘’le déshonneur et la guerre’’.