Mila “Je suis abandonnée par une nation fragile et lâche”

Paroles terribles mais hélas justes de Mila, plus courageuse et lucide à 18 ans que la plupart des politiques.

Elle a raison quand elle évoque la peur paralysante. Bien sûr que les gens ont peur des attentats islamistes.

Aujourd’hui  il faut savoir prendre parti : on est pour la défense inconditionnelle de Mila ou on est pour son abandon honteux.

Il n’y a pas de place pour les “oui mais”, il n’y a pas de “mais” à formuler car le problème n’est pas d’adhérer à tous ses propos mais de défendre sa liberté d’expression pleine et entière.

Et avec elle la liberté d’expression en France et dans le monde, liberté qui ne saurait s’arrêter aux portes de l’Islam.

https://www.lci.fr/justice-faits-divers/harcelement-en-ligne-je-ne-m-arreterais-jamais-de-parler-les-confidences-de-mila-dans-sept-a-huit-2188599.html

Pour être aux côtés de Mila, nous ne devons pas faillir, il nous faut résister. Non, elle ne doit pas être le prix de notre liberté.

Mila est notre avenir. Elle qui est devenue un symbole avant même d’atteindre la majorité incarne aujourd’hui la République.

Il s’agit pour la société civile d’être capable de ce sursaut démocratique ou alors de se résigner à une liberté surveillée,  qui serait l’amorce de soumission et un pas vers une perte totale de liberté !

Nous qui sommes de coeur avec Mila, qui sommes derrière Mila, nous devons à présent passer devant pour la protéger.

Et cela passe par des actions modestes que chaque association, chaque citoyenne, chaque citoyen peut accomplir.  

 

Pour les livres et pour la liberté d’expression, le MPCT au Quartier du Livre

 

A l’initiative de notre responsable du 5ème arrondissement, le MPCT a participé cette année à ce beau festival.

Deux livres ont pu être présentés dans le cadre splendide de la Librairie Pedone, que nous remercions pour son accueil : 

“Girl” d’Edna O’Brien et “# Je suis Mila # Je suis Charlie # Nous sommes la République” ouvrage collectif que l’on doit à Zohra Bitan.

 

Entre Maryam, personnage de roman inspiré par la terrible réalité des lycéennes de Chibok enlevées par Boko Haram  et notre vraie Mila, il y a une parenté évidente. Ce sont deux battantes qui refusent de plier face au terrorisme islamiste. Toutes deux résistent et toutes deux écrivent.

Au programme, projection, lectures d’extraits par Laurence Duvigneaud et Edith Taieb, participation de deux des contributeurs à “# Je suis Mila… ” , l’auteure et animatrice radio Maya Nahum et l’historien des religions Stéphane Encel.

 

Quand nous avions prévu de présenter “# Je Suis Mila …”, paru l’an dernier aussitôt après le début de l’affaire Mila, grâce à la formidable Zohra Bitan, nous ne savions pas que le procès de 13 des harceleurs de Mila se tiendrait presque en même temps  ni que Mila publierait son propre livre juste après.

Mais nous étions et nous sommes, plus que jamais, dans le soutien plein et entier à cette jeune fille, formidable figure de résistance et de liberté. 

 

 

Plein soutien à Mila !

Mila la brave, adolescente plus courageuse que bien des adultes, est venue faire face à quelques uns de ses harceleurs dont le procès s’ouvrait le 3 juin.

 

“Harceleurs”, le mot est faible quand on sait les abominables menaces de mort qu’elle a reçues, avec référence à Samuel Paty !

 

Maître Malka a rappelé la violence des faits dont il “ne se remet pas”. Nous non plus !

 

Offenser des croyants relève de la liberté d’expression. Menacer de mort et de viol relève du délit et même du crime car le verbe terroriste est performatif : dire c’est se préparer ou préparer d’autres à faire.

 

Le procès a été renvoyé au 21 juin à la demande d’avocats des prévenus. Deux de ces avocats ont tenu des propos affligeants de déresponsabilisation et de banalisation.

Mila a superbement assuré, elle se bat avec panache pour que ” la peur change de camp”.

Elle a ajouté

“Nous on ne s’enfuit pas face à la menace…Plus nombreux on sera à l’ouvrir, plus on sera forts, puissants face à la menace et au harcèlement qui ne fera qu’empirer si on reste sans rien faire, si on continue à se soumettre.”

Chapeau bas, très bas. Tenez bon Mila !

C’est le moment de réaffirmer notre soutien à Mila, à la liberté de conscience et d’expression.

 Le 9 juin en clôture du Festival Quartier du Livre, en attendant la parution prochaine du livre de Mila “Je suis le Prix de votre liberté” , nous présenterons le livre de soutien initié l’an dernier par Zohra Bitan, une autre brave, qui avait su réagir immédiatement à l’affaire Mila.  

9 juin à partir de 17 h

avec la participation de l’auteure et animatrice de radio Maya Nahum
#Je suis Mila

# Je suis Charlie

# Nous sommes la République

 

(Réservations : mpctasso@aol.com)

La veille, nous présenterons “Girl” d’Edna O’Brien qui donne une voix aux lycéennes otages de Boko Haram.

 

Iran : laissé libre de poursuivre sa répression le régime islamique se déchaîne !

Un mois après la nouvelle condamnation de l’Irano-Britannique Nazanin Zaghari-Ratcliffe, qui lui sert d’otage, c’est la journaliste et militante des droits humains Narges Mohammadi qui a de nouveau été condamnée : 80 coups de fouet et 30 mois de détention .

[Crédit photo   : Marianne]

Pour avoir une idée du courage de l’engagement de Narges on peut se reporter à cet article publié dans Marianne en décembre 2019 :

https://www.marianne.net/monde/iran-la-lettre-glacante-d-une-militante-des-droits-humains-dans-une-prison-ou-sont-emprisonnes

Narges avait été libérée en octobre.

Le MPCT s’associe au communiqué d’Ensemble Contre la Peine de Mort:

https://www.ecpm.org/ecpm-denonce-la-nouvelle-condamnation-de-narges-mohammadi-communique/

Etre détenu(e) dans une prison iranienne expose au danger permanent, à la torture et à la mort.

Quant aux autres Iraniennes emprisonnées sans voir commis le moindre crime ou délit, leur liste est presque interminable.

Pour l’ONU, “R2P” la responsabilité de protéger, c’est oublié.

Ayatollah est maître chez lui.

L’Iran n’a-t-il pas été élu le mois dernier à la Commission du Statu des Femmes ? Pour la “communauté internationale” tout va bien à Téhéran.

Et bien non !

Liberté pour Nazanin, Narges, Nasrin, Saba, Yasaman et toutes les autres !

 

[Crédit photos   : groupes de soutien à ces prisonnières]

 

Proche-Orient : halte aux mots lance-roquettes !

Parce que note condamnation du terrorisme est universelle, les membres du MPCT interviennent au quotidien auprès des médias et dans les réseaux sociaux pour contester les informations partielles et partiales ( souvent simple recyclage de la propagande de l’organisation terroriste islamiste Hamas) sur la déflagration présente, dernier avatar du conflit dit “israélo-palestinien” mais dont les causes sont à chercher bien au-delà, de Téhéran à Ankara en passant par Doha.

La mal information alimente la haine antijuive qui s’est honteusement exprimée au cours de plusieurs manifestations dites “de soutien à la Palestine.”

Nous saluons celles, ceux qui ont le courage d’aller à contre-courant de la doxa, en particulier le journaliste Brice Couturier mais aussi des personnalités aussi diverses que Nathalie Bianco ou Fadila Maaroufi, de l’Observatoire des Fondamentalismes à Bruxelles, s’exposant ainsi à des torrents d’insultes et de menaces.

Nous soutenons le militant palestinien des droits humains Bassem Eid qui dénonce les manipulations dont la population palestinienne fait l’objet.

Nous félicitons et remercions Céline Pina, Barbara Lefebvre, Pierre-André Taguieff, Jacques Tarnero Philippe Val et autres personnalités à l’initiative de la la tribune parue dans Le Figaro :

“Ceux qui menacent Israël nous menacent aussi”

https://www.lefigaro.fr/vox/monde/ceux-qui-menacent-israel-nous-menacent-aussi-20210518

Bernice Dubois, Présidente d’honneur du MPCT, en est signataire et nous pensons que la tribune devrait être le support d’une pétition citoyenne.

Huguette Chomski Magnis

Secrétaire générale du Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme

Nous partageons aussi le texte que nous a adressé Gérard Darmon,artiste et citoyen :

Kefieh blanc et blanc kéfieh !

Qu’on ne s’y trompe pas, les émeutiers qui en Israël fomentent des pogroms (violence sur les Juifs, incendies de synagogues, … ), qui haïssent et veulent détruire le pays dont ils font partie, sont les mêmes, inspirés des mouvements terroristes, qui rongent peu à peu les sociétés occidentales. Les mêmes casseurs qui brisent les vitrines des magasins, pillent, incendient des voitures, qui confisquent des territoires de la République et créent des zones de non droit où la police est accueillie à coups de mortier, des hordes qui veulent soumettre les populations à leur barbarie pour que le pays qu’ils convoitent sombre dans le chaos. Les mêmes qui au cours de manifs lancent les cris ‘’Mort aux juifs ! ‘’, attaquent des synagogues…

Qu’on ne s’y trompe pas, toutes les démocraties, particulièrement européennes, sont menacées. Face à des coups de boutoir répétés ces sociétés faiblissent, renoncent à leur autorité. Mais il est du devoir de toutes de relever le défi mortel qui leur est lancé, toutes se doivent de réagir, par des actes fermes, toutes doivent afficher leur détermination à ne pas se laisser intimider par la violence des islamistes qui ont décidé de mettre à bas les sociétés construites de haute lutte sur des valeurs de liberté, de justice, d’égalité. L’intérêt de ces pays est de soutenir une démocratie quand elle est attaquée par des milliers de missiles de longue portée.

Et pour cela elles se doivent de prendre fermement exemple sur l’Allemagne, l’Autriche, le Japon et d’autres pays qui ont hissé le drapeau israélien officiellement en signe de solidarité avec Israël. Ce geste symbolique serait perçu par les islamistes et leur soutien comme un front commun face à leur travail de sape de nos sociétés. Il marquerait le signal de l’entrée en résistance de ces pays contre le Jihad, sans cesse grandissant, qui fourbit ses armes pour mieux frapper et détruire nos sociétés.

Il ne sert à rien de faire des discours compassionnels après chacun des actes de cette barbarie s’ils ne sont pas suivis des faits.

Israël leur donne l’occasion, à peu de frais, d’afficher ce symbole fort, hisser des drapeaux israéliens sur leurs bâtiments, ce qui opposerait un front commun des démocraties, face à la menace du terrorisme islamique, tout en leur épargnant de récolter à coup sûr, selon les mots de Churchill, ‘’le déshonneur et la guerre’’.

L’Iran et le Pakistan à la Commission du Statut des Femmes : pour nous c’est non !

Institut de recherche et d’études stratégiques de Khyber L’élection le 20 avril dernier des Républiques islamiques d’Iran et du Pakistan  à la CSW, Commission du statut des Femmes de l’ONU, nous indigne !

 La présence de ces pays de violence extrême faite aux femmes et aux fillettes, dans la commission qui doit veiller ” à l’établissement des normes mondiales relatives à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes”  est une insulte à toutes les femmes.

C’est une vraie gifle pour les prisonnières iraniennes arbitrairement détenues, torturées, condamnées à de lourdes peines pour avoir  voulu exercer leurs droits les plus élémentaires et refusé l’imposition du voile islamique :

 l’avocate Nasrin Sotoudeh, condamnée à 38 ans de prison et 148 coups de fouet !

 la jeune Saba Kord Afshari 
(en grève de la faim)

7 ans de prison pour avoir enlevé le voile en public, sa mère  Raheleh Ahmadi pour avoir demandé sa libération,

Monireh Arabshahi, Yasaman Aryani et Mojgan Keshavarz, 39 ans de prison à elles trois pour avoir distribué sans voile des roses et des gâteaux aux femmes dans le  métro,

 Nahid Shaghaghi, Akram Nasirian, Maryam Mohammadi et Asrin Darkaleh, membres de l’association “Le Cri des femmes iraniennes”

et tant d’autres encore …

 Nous savons que 4 démocraties occidentales ont scandaleusement permis l’élection de l’Iran par le vote de leur représentant.

Lesquelles ? La France s’est-elle opposée à cette élection ?

Nous sommes en droit de le savoir !

 Trop, c’est trop ! Nous ne pouvons accepter sans réagir cette nouvelle dérive onusienne.

 Tant que le régime iranien et le régime pakistanais n’auront pas été exclus de la Commission du Statut des   Femmes, nous demandons à la  France et à l’Union Européenne de cesser tout financement à l’ONU et à la CSW .

Paris, le 10 mai 2021

Premières associations signataires

Ligue du Droit International des Femmes

Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme

Tribune Iran Laïque

Alliance Internationale des Femmes

Association des Femmes de l’Europe Méridionale

Libres MarianneS

Réseau Féministe « Ruptures »

EGALE

Association pour l’Information  et la vérité

Institut de recherche et d’études stratégiques de Khyber

Crédit Photo : azadiranlibre

Quelles sont les démocraties occidentales qui ont mis le régime misogyne d’Iran à la tête de la « Commission femme » de l’ONU ?

L’enseignement face à l’offensive islamo-gauchiste : Samuel Mayol

Directeur de l’IUT de Saint-Denis, confronté à une offensive islamiste dès 2014,Samuel Mayol était notre invité le 8 avril.

L’enregistrement de son exposé est disponible ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=xp0Zd8n3KZg

Accusé de “manipulation islamophobe”, lâché et suspendu par le Président de l’Université Paris XIII, Samuel Mayol avait su résister avec une extrême pugnacité pour défendre la laïcité, et avait été réintégré.

Aujourd’hui,  avec divers universitaires et personnalités du monde de la culture, il s’adresse aux Présidents d’université avec une demande précise :  laisser programmer et diffuser  dans les facultés, la lecture du texte posthume de Charb : « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes ».

 

Le MPCT appelle à soutenir et signer cette lettre !

 

https://www.change.org/p/les-pr%C3%A9sidents-d-universit%C3%A9s-lettre-aux-pr%C3%A9sidents-d-universit%C3%A9-ouvrons-nos-facs-%C3%A0-charb-et-au-d%C3%A9bat-35bccb63-b663-4564-b60a-fb6ac0167aef?utm_content=cl_sharecopy_28440279_fr-FR%3A5&recruiter=1194903626&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition&utm_term=G%3ESearch%3ESAP%3EFR%3EBrand%3EAll-Match-Types&fbclid=IwAR2vhrgCn7qoWE9LRF1JRnNV6HJ2xxWsWXReKZnsHlh7xYs576N2ZbzeEqY&use_react=false

 

[Crédit photo : Samuel Mayol]

Témoignage de Benjamin Horgen à la visio-rencontre du MPCT – 3 mars 2021

Introduction

Benjamin Horgen est franco-israélien, comme l’était son épouse, Esther Horgen.

Celle-ci a été  assassinée fin décembre par un terroriste palestinien dans la forêt où elle faisait un jogging. Elle avait 52 ans

Nous avons entendu avec une grande émotion le témoignage très digne de Benjamin Horgen et salué son engagement citoyen qui rejoint complètement le nôtre.

Le témoignage  et l’engagement de Benjamin Horgen contre le soutien au terrorisme

Esther Horgen a été assassinée le 20 décembre 2020, dans une allée fréquentée de la forêt, tout près de son domicile, par un terroriste palestinien.

L’homme  a été rapidement arrêté. Ses aveux et la reconstitution du crime  ont souligné la cruauté de son attaque. Il s’en est pris à une femme, cible facile, qu’il avait  identifiée comme juive.

 Il a  été aussitôt glorifié comme un héros de la patrie par l’AP ( Autorité Palestinienne.)

Depuis, Benjamin, leurs six enfants et deux petits-enfants s’appliquent à perpétuer la mémoire de son épouser par des plantations d’arbres.  Ils ont le projet de créer un Parc pour lui rendre hommage, le Parc Esther.

Il mène aussi un combat pour mettre en lumière la façon dont l’AP promeut le terrorisme, a priori et a posteriori.

 Promotion du terrorisme a priori

Benjamin a écouté avec beaucoup d’attention les propos de Mahnaz Shirali sur l’éducation donnée aux enfants iraniens par le régime islamique : l’AP agit de même, qui plus est avec un  financement européen !

 II s’agit d’un lavage de cerveaux, d’une éducation qui transforme les assassins en héros. Les écoles portent le nom de terroristes qui ont assassiné femmes et enfants, les compétitions sportives également. Il s’agit d’une propagande officielle de l’AP, en tant que pouvoir politique. On incite à la haine des Juifs ( pas que des Israéliens) qui sont calomniés.

Le terroriste qui a sauvagement assassiné Esther Horgen a témoigné qu’il avait agi pour venger un ami,  mort du cancer dans une prison israélienne. 

Ce dernier avait été condamné à 6 peines de prison pour des assassinats. Il est tombé malade pendant son incarcération et est mort il y a environ 6 mois.

 Mais les terroristes emprisonnés qui contractent des maladies  sont présentés comme des martyrs qui subissent des expériences médicales et ne reçoivent pas de traitements. Il s’agit d’une totale calomnie.

Le terroriste dont la mort a servi de prétexte à l’assassinat d’Esther avait reçu radiothérapie, traitement médicamenteux et chirurgie.  Les rapports de la Croix Rouge, très attentive à la situation des prisonniers palestiniens,( elle visite 90 % d’entre eux) n’ont jamais pointé une carence dans le domaine des soins médicaux.

Promotion du terrorisme a posteriori

Les terroristes reçoivent des SALAIRES, en vertu d’une loi de l’Autorité Palestinienne.

Depuis son arrestation, l’assassin d’Esther reçoit un salaire de plus de 1000 €. Il s’agit du double du salaire perçu par un professeur des écoles.

Il y a un barème qui tient compte de “l’ancienneté”.

Ainsi les deux terroristes qui on sauvagement  assassiné la famille Fogel il y a 10 ans (les deux parents et trois enfants dont un bébé de 3 mois poignardé dans son berceau) vont recevoir une augmentation : ils ont 10 ans d’ancienneté, donc leur salaire va passer à 1500 €.

Or cet argent vient de l’aide internationale, notamment européenne et française.

Les priorités dans le budget de l’Autorité Palestinienne

1) Médecins

2) Agents de la sécurité, forces de l’ordre

3) Terroristes emprisonnés

4) Professeurs des écoles

5) Autres fonctionnaires

6) Vaccins, lutte contre le COVID 19.

En 2020 l’AP  a dépensé 157 millions de dollars en salaires versés à des terroristes.

Cet argent provient de fonds européens, donc de nos impôts.

Benjamin Horgen a été reçu par l’Ambassadeur de l’UE (Union Européenne) et lui a exposé ce problème. Pourquoi l’UE qui conditionne l’attribution de subventions aux ONG à certains critères comme ne pas soutenir le soutenir le terrorisme n’a-t-elle pas les mêmes exigences envers l’AP ?

Israël a du reste la même politique et Benjamin a les mêmes revendications envers les dirigeants israéliens.

Il souligne qu’il y a des Palestiniens assez courageux pour  s’opposer à cette politique, demander l’abrogation de la loi sur le versement de salaires aux terroristes et  la fin de la propagande haineuse.  L’un d’eux, qui fut un terroriste de l’OLP, a même présenté sa candidature aux élections de l’AP !

Inquiétude : Trump avait stoppé l’aide financière à l’AP, Biden l’a rétablie. Perplexité : l’UE a accueilli assez froidement les accords d’Abraham.

Benjamin Horgen  a adressé une lettre ouverte à Anne Hidalgo demandant que la Médaille de la Ville de Paris soit retirée à Mahmoud Abbas dont les “actions pour la paix” ont conduit à la  mort d’Esther.

Débat

Le témoignage de Benjamin a beaucoup touché les participants qui lui expriment compassion et soutien.

Rappel : le MPCT a interpellé des municipalités qui nomment des terroristes citoyens d’honneur.

Un point crucial :  la famille de Benjamin vit dans un village du Nord de la Samarie ( Cisjordanie) juste à la limite de la ligne verte. C’est assez pour être étiquetés “colons”, statut qui enlève toute humanité à des civils considérés comme des cibles légitimes des terroristes.

Le MPCT récuse totalement cette approche : la condamnation du terrorisme est universelle.

Peu nous importe son lieu de résidence, un civil est un civil. Trois rapports d’ONG( Amnesty International, Human Rights Watch et Médecins du Monde) l’avaient clairement établi entre juillet 2002 et juillet 2003 : le fait de résider dans des localités dont la légitimité est contestée ne retire aucunement  la qualité de civil.

Mairie de Paris : il y a le précédent du retrait de la citoyenneté d’honneur à Aung San Suu Kyi.

Le MPCT est résolu à interpeller les autorités françaises jusqu’au sommet de l’état: il faut mettre un terme au  détournement de fonds européens et français pour récompenser le terrorisme ! Dans le contexte de crise sanitaire et sociale, de grande souffrance, c’est absolument intolérable.

Plein soutien à Benjamin Horgen !

24 avril : Benjamin Horgen réagit à la nouvelle de l’assassinat du commissariat de Rambouillet.

Nouvelle tragique ce soir…

Encore une attaque terroriste aveugle et cruelle, encore un islamiste endoctriné par la propagande anti-tout, encore un veuf et deux orphelins qui ont perdu leur mère beaucoup trop tôt.

Pour l’avoir vécu il y a à peine quatre mois, je sais ce que ressentent ce boulanger de Thoiry et ses deux enfants de 13 et 18 ans – exactement les âges de mes deux fils les plus jeunes.

Je tiens à adresser mes plus sincères condoléances à cet homme et sa famille.

Si vous le connaissez et avez le moyen de nous mettre en contact, faites-le s’il vous plaît. J’aimerai lui exprimer mon soutien personnellement.

Le terrorisme est aveugle et doit être combattu partout sans aucune concession, en Israël, en France et partout où il lève la tête.

[Photo d’Esther Horgen : crédit Famille Horgen]

 

 

Communiqué du MPCT : Stéphanie, fonctionnaire de police, nouvelle victime du terrorisme islamiste

Stéphanie, égorgée dans son commissariat, vient s’ajouter à la liste des membres des forces de l’ordre assassinés par le terrorisme islamiste,  comme Ahmed Rabet, Clarissa Jean-Philippe, Xavier Jugelé,  Jean-Baptiste Salvaing et son épouse Jessica Chastaing tués chez eux devant leur enfant, Arnaud Beltrame, mort en héros pour sauver les otages de Trèbes et bien d’autres telle l’attaque au couteau par un terroriste islamiste infiltré au sein même de la Préfecture de Police de Paris qui fit 4 morts.

Une fois encore, une fois de trop, nous exprimons notre soutien plein et entier envers les proches de la victime, ses filles, son époux, sa famille et ses collègues.

 Une fois de plus, nous réclamons des pouvoirs publics de tout faire conformément à la loi républicaine pour neutraliser les idéologies responsables de ces meurtres : l’islamisme mais aussi les discours systématiquement anti-police, les quasi-appels au meurtre que les fonctionnaires endurent quotidiennement dans les cités dites “sensibles” , avec la complaisance de bon nombre d’élus, vedettes, journalistes, associations  et  sociologues,  prompts à excuser les dérives, aussi meurtrières soient-elles d’individus estampillés “damnés de la terre”.

 “Nous ne céderons pas” a dit le Président Macron.

Mais tant a déjà été cédé et perdu. Tant  de postures et d’attitudes de déni, tant de décisions de justice d’une incompréhensible mansuétude  rendent sceptiques et font monter la colère.

 Magnanville, Conflans-Sainte -Honorine, Rambouillet : le département des Yvelines souffre cruellement de l’offensive islamiste et de la violence, comme à Trappes.

Trappes où Didier Lemaire, lanceur d’alerte, avait été attaqué par un maire complaisant sinon complice. Il avait aussi été dénoncé par le préfet car, disait celui-ci, il fallait faire “dans la dentelle.”

 Monsieur le Préfet, quand il n’y a plus de sanctuaire, ni domicile, ni commissariat, il faut laisser la dentelle pour construire des digues.

L’enseignement face à l’offensive islamo-gauchiste : Nadia Geerts

Voici ci-dessous, sur la chaîne you tube du MPCT, l’intégralité de l’exposé de l’universitaire belge Nadia Geerts, notre seconde invitée à la visiorencontre que nous avons organisée le 8 avril.

 Lucide, elle ne cache pas la difficulté de la résistance à une offensive face à laquelle beaucoup choisissent de faire le dos rond.

Elle est même assez pessimiste sur le court terme.

Dans la tourmente, Nadia Geerts a tout notre soutien !

 https://youtu.be/JEfqAllaOhY 

L’enseignement face à l’offensive islamo-gauchiste : Fatiha Agag Boudjahlat

La visioconférence que le MPCT a consacrée le 8 avril  à l’enseignement dans la tourmente été passionnante.

L’exposé de Fatiha Agag Boudjahlat, notre première invitée, a enthousiasmé les 64 participants.  

Le débat qui a suivi a été très riche en échanges, avec notamment l’intervention de Delphine Girard, représentant le Collectif Vigilance Collèges Lycées.

Voici, intégralement posté sur notre toute  nouvelle chaîne you tube, l’exposé de Fatiha Agag Boudjahlat, présentée par Nicole Raffin :