Les victimes de l’AMIA dans nos consciences.


C’était le 18 juillet 1994 au matin : l’attentat à la voiture piégée contre l’immeuble de la communauté juive de Buenos Aires faisait 85 morts et 240 blessés.

Deux ans plus tôt c’est l’Ambassade d’Israël en Argentine qui avait été la cible d’un attentat : 29 personnes tuées.

A ce jour justice n’a pas été rendue aux victimes.

En 2006 le Procureur Alberto Nisman reprenait l’enquête et accusait la République Islamique d’Iran d’avoir commandité l’attentat dont le Hezbollah Libanais assura l’exécution.
Il mettait en évidence les entraves à la justice des autorités argentines et Christina Kichner, alors Présidente qui avait opté pour un arrangement avec l’Iran.
Juste avant de remettre ses conclusions, Alberto Nisman mourut dans des conditions mystérieuses !

Aucun des suspects, parmi lesquels l’ancien dirigeant Rafsandjani et le chef des très terroristes Gardiens de la Révolution, Mohsen Rezdi, n’a été extradé. Ils sont pourtant recherchés par Interpol.
Mohsen Rezdi s’est même permis de se rendre au Nicaragua en janvier dernier, en toute impunité, provoquant la colère des autorités argentines.

Pour les familles des victimes, 28 ans après c’est toujours la souffrance et la colère.
Leur exigence : vérité et justice.


Nous la partageons !

La complaisance avec le régime islamique de Téhéran, qui a pour horizon la répression effroyable à l’intérieur et le terrorisme à l’extérieur, n’a que trop duré.

Huguette Chomski Magnis

Secrétaire générale du MPCT

Une pétition internationale en solidarité avec les Afghanes : Non à la burqa !

Non à la burqa ! No to the burqa ! Nein zur Buka !

La pétition trilingue est en ligne sur change.org

https://chng.it/j9BG8FR64B

Assurer son succès en signant et partageant, c’est refuser d’abandonner les Afghanes.

Parmi les commentaires de soutien à la pétition, celui-ci, plus long que les autres :

“Je signe parce que la burqa emmure les femmes vivantes, les réifie en leur déniant le droit d’exister en tant que personnes humaines autonomes, jouissant des libertés fondamentales auxquelles tout être humain a droit. le Le port de la burqa ne peut avoir été inventé et imposé que par des hommes désireux d’avoir des femmes esclaves ! Et celles qui s’imaginent la porter librement se cachent leur peur des conséquences dramatiques que le refus de la porter entraînerait pour elles, ce qui, dans tous les cas est le signe de leur soumission au pouvoir exorbitant que des hommes s’arrogent sur elles! N’oublions jamais que le degré de liberté dont jouissent les femmes (liberté d’étudier, d’aller et venir, liberté d’exercer la profession de son choix, liberté de conscience) est le thermomètre du niveau de démocratie dans une société. Partout où les femmes leur sont jetées en pâture, les hommes devraient s’inquiéter du sort que leurs gouvernants leur réservent à eux-mêmes!!!” (Edith T.)

Communiqué du MPCT : Hommage à Françoise Rudetzki

Nous sommes sous le choc à l’annonce de la disparition de Françoise Rudetzki et adressons toute notre sympathie à sa famille.

Fondatrice de SOS Attentats, cette grande dame aura été la pionnière mondiale de la défense des victimes du terrorisme.
C’est elle qui a obtenu pour les victimes du terrorisme le statut de victimes civiles de guerre.
Elle avait aussi obtenu le droit pour les associations de victimes de se constituer partie civile.

D’un courage admirable face aux cruelles séquelles de l’attentat qu’elle avait subi et face à tous les obstacles, elle aura été active jusqu’à ses derniers jours.

Elle avait aussi été d’une extrême clairvoyance, sachant prédire très vite qu’en matière de terrorisme, nous n’avions encore rien vu, interpellant les politiques dont le pronostic était, hélas bien à tort, “la France en a fini avec le terrorisme.”

Pour Françoise Rudetzki qui avait témoigné inlassablement et nous avait fait l’honneur de répondre à nos invitations à de multiples reprises, le Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme gardera à jamais un immense respect et une profonde gratitude.

Elle continuera à inspirer notre engagement.

Photo MPCT : Françoise Rudetzki au premier Salon du Livre du MPCT le 11 septembre 2021

L’enseignement face à l’offensive islamo-gauchiste : Fatiha Agag Boudjahlat

La visioconférence que le MPCT a consacrée le 8 avril  à l’enseignement dans la tourmente été passionnante.

L’exposé de Fatiha Agag Boudjahlat, notre première invitée, a enthousiasmé les 64 participants.  

Le débat qui a suivi a été très riche en échanges, avec notamment l’intervention de Delphine Girard, représentant le Collectif Vigilance Collèges Lycées.

Voici, intégralement posté sur notre toute  nouvelle chaîne you tube, l’exposé de Fatiha Agag Boudjahlat, présentée par Nicole Raffin :

 

Communiqué du Collectif Contre le Terrorisme : La force des symboles, la gravité des enjeux

Un terroriste a tenté de tuer deux personnes devant les anciens locaux  de Charlie Hebdo. Nouvelle offense aux morts, l’attaque  a eu lieu symboliquement devant la fresque créée en  hommage aux  victimes du massacre du 7 janvier 2015.

Nous nous félicitons  de l’amélioration de l’état de santé des deux personnes blessées et de l’arrestation rapide de leur agresseur.

Mais quel traumatisme pour cette femme et cet homme, à qui nous adressons tous nos vœux de bon rétablissement !

Pour leurs familles, pour leurs collègues, pour les milliers  d’élèves confinés, de la maternelle au lycée, pour les habitants de ce 11ème arrondissement où ont eu lieu après l’attentat contre Charlie, le carnage du 13 novembre puis l’assassinat de Sarah Halimi, victime ignorée.

En plein procès des attentats de janvier 2015, l’attentat islamiste de vendredi 25 septembre est  tout sauf  une surprise.

Le terroriste arrêté est pakistanais.

Il aurait aussi bien pu être français : les  menaces  de mort  pullulent en France contre l’équipe de Charlie,  contre Riss, contre Marika  Bret, mais aussi contre Zineb el Rhazoui, le député  Francis Chouat qui a eu le courage de publier la une de Charlie Hebdo, la lycéenne Mila, Zohra Bitan et bien d’autres encore.

Nous savons aussi que les manifestations contre Charlie Hebdo et contre la France ont été particulièrement  violentes et massives en République Islamique du Pakistan, où le “blasphème” est passible de mort, où les Chrétiens et  toutes les minorités sont persécutés.

En République Islamique  d’Iran les autorités emprisonnent pour “inimitié envers Dieu”, torturent, assassinent  les démocrates,  les femmes libres et courageuses qui défendent le droit de ne pas porter le voile islamique. 

Ici des femmes libres et courageuses sont menacées de mort par des terroristes qu’anime la même idéologie.

Ici aussi les terroristes trouvent des défenseurs et Charlie Hebdo est accusé de verser de l’huile sur le feu.

Certes, l’Assemblée Nationale s’est levée pour assurer Marika Bret de sa solidarité.

Certes, la presse nationale et régionale (sans l’AFP!) a fini par affirmer dans une tribune sa solidarité avec Charlie Hebdo. 

Certes, Gérald Darmanin a assuré Zineb El Rhazoui de son soutien et garanti sa protection.

Mais le mal est très profond : 21 % des 15-17 ans refusent de condamner les assassins de Charlie Hebdo. 37 % des enseignants du secondaire disent s’être déjà auto-censurés pour éviter les incidents.

Les  islamistes veulent vraiment nous soumettre, nous bâillonner !

La France est à la croisée des chemins.

Ensemble nous voulons réagir, rappeler que la France, terre d’accueil n’est pas terre de charia.

Que c’est une république laïque où la critique des religions est permise, où on est libre de caricaturer Mahomet car les interdits religieux des uns ne peuvent s’imposer à toute la société.

Où l’antisémitisme est un délit.

Où les femmes, égales des hommes, sont libres de s’habiller court sans être agressées.

Pour nos libertés, en solidarité avec les innombrables victimes qu’il a déjà faites sur notre sol et dans le monde nous disons ensemble : résistance au terrorisme islamiste !

Paris, le 27 septembre 2020

Première organisations signataires

MPCT, Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme

Ligue du Droit International des Femmes

Regards de Femmes

Comité Soudan

EGALE

Parti Républicain Solidariste

Tribune Azad Iran Laïque

PEREC, Pour une école républicaine et citoyenne

AMLZ, Solidarité avec les Victimes du Terrorisme palestinien à la mémoire de Marianne Myriam Lehmann

Sassoun

Alliance Internationale des Femmes

AFEM, Association des Femmes de l’Europe Méridionale

IRESK, Institut de recherche et d’études stratégiques de Khyber

AFEM, Association des Femmes de l’Europe Méridionale

IRESK, Institut de recherche et d’études stratégiques de Khyber

Viv(r)e la République

Commission de lutte contre les Extrémismes religieux

Libres MarianneS

APIV, Association pour l’information et la vérité

Dhimmi Watch


[ Photo :La veille du procès — ALLILI MOURAD/SIPA]